MAURICE JENOT

Le Groupe Chanzy

Dépendant du " Front National " << Groupe Chanzy >> ne tarde pas à attirer l'attention de la gestapo.

C'est pourtant l'arrestation fortuite en gare d'Orléans de son chef, Maurie Jenot, un imprimeur de Tours, qui amène la désintégration du réseau à partir de mars 1943.Les arrestations se suivent alors.

Dix-huit de ses membres comparaissent le 30 septembre devant le tribunal de la Feldcommandantur sous l'inculpation de " détention d'armes et d'association pour commettre des actes hostiles à l'armée allemande " .A l'issue de deux jours de débats, la sentence tombe: 17 condamnations à mort.

Seule Madame Rivière échappe à la peine capitale. Aussitôt le préfet Bussiere intervient auprès de l’Ambassadeur de France en Allemagne:

<< Il ne vous échapper pas que l'émotion soulevée dans la population par un arrêt aussi rigoureux, risque de porter attente aux sentiments d'apaisement et de mutuelle compréhension, également recherchés par le gouvernement français >>

PeIne perdue! Le 8 octobre les membres du " Groupe Chanzy " tombent sous les balles allemandes, de Saran, de Chaingy et d'Ingré sous de simples  numéros

 

etudiant.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site