DERNIERE LETTRE D ANDRE MURZEAU

                                                                                                                                                                                                    Mardi 5 mai 1942

 

Ma chére maman,

   Cest avec beaucoup de peine pour toi que ce matin je vais etre fusullé. Oui, en effet, hier, vers 3 h 30, les autorités allemands venaient nous chercher à Poissy, Cacault, Morand, Angé, Amiot et moi et ceci pour l'affaire de Romorantin. Enfin bref, il est maintenant 5 h 30 et a 7 h 40, agenuoillé devant 12 canons de mousquetons, je rendrai mon a Dieu. Tu peux dire à tous mes amis que je meurs en vrai Français et en homme. Quand a celui qui m'a mis dedans, je ne peux en parler. Maintenant faisons le testament. Dommage quand meme à 22 ans! Enfin! Pour toi, mémére et Janine; ne vous frappez pas beaucoup,pensez un peu que moi, Murzeau, fils d Emmanuel Murzeau et Pupille de la Nation, je meurs comme lui. Soyez-en fieres.

   Tous mes camarades ici présents sont aussi fort. Ce que je voudrai, c'est que, le plus tot possible, tu fasses ramenez mon corps à Saint Dyé  et à l'enterrement je ne veux pas de couronne sur ma tombe non plus, mais des fleurs, beaucoup de fleurs et aussi une croix de bois simplement. Les quelques bibelots que j'ai, partage les entre mes cousins, mais ma bague garde la à ton doigt, ma petite maman, et je voudrais aussi que ma montre, tu la donnes à mon cher petit cousin Bernard, qui, je ne peux m"en cacher,était mon préféré; et mon vélo à Marcel Durand.

 Embrasse bien toute ma famille pour moi, toute ma bonne famille qui a été si gentille pour moi et surtout ma chére soeur à qui je ne pourrai malheureusement rendre les services qu'elle m'a rendus et ma chére grand mére, ma mémére chérie, elle qui a déja perdu mon oncle et maintenant son petit fils, dans les conditions que tu connais. Quand je pense que je ne vous reverrai plus, cela me fait grand mal au coeur et une peine indescriptible. Enfin, tout mon coeur est à toi, ma chére maman et garde-le avant qu'il ne soit haché par les ballesdes mausers. Voila que l'on nous apporte les cigarettes traditionnnelles. Enfinje n'ai que 22 ans. C'est dommage, ma vie n'était pas faite, mais pour ce qu'elle est belle! Il est vrai que j'espérais la voir plus belle un jour. J'avais trop d'espoir.

   Embrasse aussi mes amis, tel qur les familles Morceau, Biot, Doet et tous ceux que j'oublie, tel que Guérinet, Brion, mes deux amis Lulu et Claude. Dis leur que je meurs en homme et à mes copains de Blois, à mon patron, à Momonne et au petit Jean Claude de Saint Dyé. Dis adieu pour moi chez Rolf, ainsi qu'à Dumaitre, Galion, Pilon, Dralet, Fromet, Métais, Duché, tousmes amis. Je vais donc terminer , ma chére maman, ma petite maman chérie, et ma Janine que j'aime tant. J'oubliais mon bobaussi, garde le toujours et que personne n'y touche. A lors, bien entendu, pour ma tombe sur tout plantes y des myosotis et des dahlias, j'aimais particuliérement ces fleurs. Surtout pas de pierre tombale, une bordure de gazon surtout et c'est tout.

   Je termine donc, ma chére maman, en t'envoyant tous les baisers que mon coeur posséde, ainsi qu'à mémére et à ma petite Janine. Heureusement pour moi, j'ai été arreté avant de me marier, cela fera une veuve de moins. Jfume ma derniere cigarette, adieu donc tous. Maman, embrasse ma signature, tes lévres seront sur les miennes.

 Ton fils qui t'aime et qui meurt en Français

                                                                                                Dédé

Vive la France libre! Coourage aux amis.

 

André Murzeau fusillé par les nazis le 5 mai 1942 au camp des groués prés d'Orléans avec Marc Augé, Guy Cacault, Bernard Amiot, Roger Morand, TOUS JEUNES PATRIOTES DU LOIR ET CHER

×