EDOUARD CHARLOT

Le gendarme "Dadart"

Le gendarme Édouard CHARLOT est né le 18 juillet 1903 à Châtillon-sur-Marne.

En 1940, marié et père de deux enfants ( un troisième est né en 1941 ), il s’est engagé pour combattre, a été blessé sur la Somme et a repris son poste à Loivre après l’armistice.

En 1941, muté à la brigade de Reims, il a commencé à organiser la récupération des armes abandonnées en juin 1940.

Dès septembre 1941, il travaillait pour les services de renseignements de la France libre, sous le pseudo de « Dadart ». Membre du réseau SSMF-TR ( Service de sécurité militaire français - Travaux ruraux ) et du réseau Uranus, un réseau dirigé par le commandant HUMM et rattaché au SR Kléber ( organisation de résistance spécialisée dans le renseignement militaire à la tête d'un vaste ensemble de réseaux et sous-réseaux ), il a fourni des renseignements sur les terrains d’aviation, en particulier ceux de Courcy et de Juvincourt, et sur les mouvements de troupes allemandes.

Il était à la tête d’un petit groupe constitué d’Antoinette CROIX et de Germaine BRÉMONT infiltrées à la caserne Hermann Goering à Reims, de Serge CROIX, fils d'Antoinette, infiltré sur le camp de Courcy, d’Alfred GAUNEL infiltré sur le camp de Juvincourt, d’Emma VERACHTEN-MOLS, germanophone originaire de Belgique qui travaillait à la Kommandatur de Cormicy.

Tous les cinq ont été arrêtés en août 1942, puis déportés, et ont survécu à la déportation.

Arrêté par la Gestapo le 14 août 1942 à la Gendarmerie de Reims, boulevard Robespierre, Édouard CHARLOT a été condamné à mort pour espionnage le 1er octobre 1942 par le tribunal militaire allemand de Châlons-sur-Marne.

Selon son défenseur l'avocat Maître PELTHIER, « devant le tribunal, il s'est comporté héroïquement comme un soldat ». Transféré à la prison du Cherche midi à Paris, il a été déporté en Allemagne le 26 novembre 1942.

Emprisonné comme déporté NN ( Nuit et Brouillard ) à Karlsrhue, il a été transféré à Rheinbach près de Bonn, puis à Cologne où il a été guillotiné le 4 janvier 1943. En 1947, le gendarme CHARLOT a été nommé sous-lieutenant à titre posthume, et une plaque commémorative a été apposée à Reims par la Ville sur le mur extérieur de la caserne de Gendarmerie 27, boulevard Robespierre.

captureedouard-gendarme-2.jpg

                                                        LE gendarme CHARLOT

 

Renseignements fournis par Devoir de ménoire sur la résistance Française