UN TRAIN DE PRISONNIERS

Tentative du maquis pour bloquer un train

Dans la mainée du 10 aout 1944, les agents de la gare de Saint-Aignan / Noyer, informent la résistance locale, qu'un train emmenant des prisonniers étai parti pour Tours, le matin, et se dirigeait sur Vierzon.

Dans ce convoi, se trouvent des soldats alliés fais prisonniers sur le front de normandie, et des français venant de diverses prisons et parmi lesquels sont Supposés se trouver les gendarmes " Langlo et Bertand " de la brigade de Saint-Aignan, ayant été arrêtés et détenus à Loches

Le gendarme Langlo est décédé à son retour de déportation à Saint-Ave (Morbihan) le 22 juillet 1945

 

lango.jpg

Le gendarme Bertrand est décédé le 2 avril 1945 à Neuengamme ( Allemagne )

gendarme-2.jpg

L un des résistants sur place, Marceau Rivon, transmet aussitot le renseignement,au Q.G du bataillon du F.F.I. Boizeau, en forét de Gatine, insitant pour qu'une action soit coordonnée rapidement entre les unitées du maquis de ce secteur, avec éventuellement, l'appui d'une inervention aérienne pour tenter de les libérer.

Simultanément, il envoie son fils, Jean, prévenirle maquis de la région de Saint-Aignan,cantonné en fore de Brouard.

Tous les hommes présents au camps (une quinzaine) dont leur hef, le lieutenant Pierre Thmas( "pat "), se dirigent imédiatemen vers Noyers, lieu de rassemblement fixé par Marceau Rivon, ou un camion réquisionné pour la circonstance à l'entreprise Bigot, est prêt a les conduire sur place.

img03410-bn.jpg

Fausse carte d'identié

 

img03410ml.jpg

Veritable carte d'identité

 

Mais l'objectif  le plus pressant est de bloquer le train en faisant sauter la voie de chemin de fer. Aussi, n'attendant pas que tout le groupe soit rassemblé, Pierre Thomas, accompagné de françois marteau et de Claude Chevy, continue en bicyclette, sur Chatillon-sur-Cher, jusqu'à chez Aristide Romestan qui dispose des explosifs nécessaire.

En même temps, le garagise local, Robert Sinson, met en route sa " Traction "qu'il tenait prete dans l'éventualité d'actions de ce genre.

Les quatre hommes se rendent alors aux abords de la gare de Châtillon dans le but de placer la charge d'explosif à l'endroit ou la voie traverse la foret de Gros Bois, mais quand ils arrivent, le train est déjà passé. Ils foncent alors en direction de Selles, afin de le dépasser et d'agir en aval de la gare

gendarme-8-1.jpg

 

×