LE BILLET VERT

La rafle dite du " billet vert "

Avec le concours de la Préfecture de Police, les autorités allemandes en zone occupée organisent la rafle du 14 mai 1941, la première arrestation massive opérée en France contre les Juifs. Elle est unique par ses méthodes d’organisation visant des hommes étrangers adultes, vivant en majorité dans les arrondissements et la proche banlieue de l’est parisien.

Elle est la seule rafle opérée en France par convocation individuelle. Par la suite, les Juifs seront directement arrêtés à domicile, souvent aux premières heures du jour.

Portant en-tête de la Préfecture de police, le « billet vert » est remis individuellement à domicile, le 13 mai, par des agents de la police française.

Mêlant des termes de courtoisie, le souci d’exactitude puis la menace de « sanctions les plus sévères » contre les réfractaires, le billet « invite à se présenter, en personne, accompagné d’un membre de sa famille ou d’un ami pour examen de situation », à 7 heures du matin, muni d’une pièce d’identité.

De la gare d’Austerlitz où une noria d’autobus les dépose le même jour, sous bonne garde de gendarmes français, quatre trains spéciaux les emmènent en direction des camps du Loiret, 2 140 à Beaune-la-Rolande et 1 570 à Pithiviers.

 

convocation.jpg Convocation dite du billet vert envoyé par le préfecture de police le 9 mai 1941

×