LE CHANT DES PARTISANS

« Il ne reste de l'original que l'idée, la coupe et les corbeaux. Mais le texte est beau, il s'emboîte dans ma musique ». Joseph Kessel à Ana Marly, le 30 mai 1943

 

 

Ami entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines.

Ami entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne,

Ohé partisans ouvriers et paysans, c'est l'alarme !

Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes

 

Montez de la mine, descendez des collines, camarades.

Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.

Ohé! les tueurs à la balle et au couteau tuez vite !

Ohé! Saboteurs attention à ton fardeau Dynamite !

 

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.

La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.

Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.

Ici, nous vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève

 

Ici, chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait, quand il passe

Ami, si tu tombes, un ami sort de l'ombre à ta place.

 

 

Source MINDEF/SGA/DMPA et conservatoire de musique militaire de l'armée de terre (CMMA

×