LES PREMIERS CAMPS OUVERT PAR PETAIN

L'histoire des camps de concentration en France

L'histoire des camps de concentration en France est un des chapitres les plus difficile et délicat à examiner. En 1939 déjà, avant l'invasion de la France par l'Allemagne nazie, le gouvernement français avait ouvert des camps destinés à "accueillir" les réfugiés républicains espagnols fuyant le régime fachiste de Franco. Ces camps étaient gardés par la police française et dès 1940, le gouvernement de Petain à remis aux autorités nazie ces réfugiés politiques. Tous furenttransférés vers les camps de concentration et bien peu survécurent

. 378660-2628649234127-620673887-n-1.jpg

Drancy

Le camp de Drancy était situé dans la région parisienne. Comme beaucoup d'autres camps en France, il fut créé par le gouvernement de Philippe Pétain et était gardé par la police française. En 1941, les premières grandes rafles anti-juifs eurent lieu et les prisonniers juifs furent envoyés à Drancy. Il existe de nombreux témoignages des mauvais traitement et de la brutalité dont ont fait preuve les gardes français vis-à-vis des juifs internés dans le camp. Les conditions de vie y étaient très difficiles par manque de soins et de nourriture (Près de 3000 personnes moururent de faim et de manque de soins dans l'ensemble des camps de concentration français).

297524-2628640913919-149209986-n-1.jpg

Août 1941 - Les nazis décident d'exécuter un groupe de prisonniers français, désormais considérés comme "otages", en représailles de tout acte de résistance

. Le 21 août 1941, un soldat allemand, l'aspirant Moser, est abattu à Paris, dans la station de métro Barbès-Rochechouart. Après cet attentat, une ordonnance allemande décrète :

"A partir du 23 août, tous les Français mis en état d'arrestation (...) sont considérés comme otages. En cas de nouvel acte, un nombre d'otages correspondant à la gravité de l'acte commis sera fusillé".

À la mi-octobre 1941, des groupes de résistants armés, dont les membres sont présentés comme des "terroristes" par les Allemands, programment une série d'opérations à Bordeaux, à Nantes et à Rouen. Ces actions de résistance visent à obliger l'occupant à maintenir des troupes sur l'ensemble du territoire en entretenant un climat d'insécurité, ainsi qu'à développer la lutte armée.

 

317137-2628644914019-111067213-n.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site