LES MESSAGES SECRETS DU GENERAL DE GAULE

Les brouillons de plus de trois cents ordres adressés aux cadres de la France Libre entre fin 1940 et décembre 1942 étaient conservés par sa secrétaire. Le Figaro a pu les consulter en exclusivité. Cent-quarante sont totalement inédits. 

 

«Je suis toujours à l'affût d'une occasion mais là j'ai failli m'évanouir!». Lorsqu'en novembre dernier le grand collectionneur de lettres et de manuscrits Gérard Lhéritier, qui a récemment ouvert à Paris un musée privé dédié à sa passion, se voit proposer l'achat de 313 messages originaux de Charles de Gaulle, il n'hésite pas. Cette écriture-là, difficile, penchée, rectiligne, volontaire, un peu grasse, cet homme qui a grandi non loin de Colombey la reconnaîtrait entre mille.

Prix confidentiel mais «plus qu'honorable» se félicite-t-il à propos de ces documents rarissimes car rédigés entre le 11 décembre 1940 et le 11 décembre 1942. «Jusque là, en dix ans, je n'avais vu passer sur le marché qu'une seule lettre autographe datant des années de guerre.

 

 

 

Message n°39 : Sans référence de Brazzaville 17 Mai 1941 Pleven - Proclamation sur la souveraineté de la France. Du général de Gaulle à Pleven.

«D'après les textes dits « constitutionnels» arbitrairement substitués à la constitution de la France, la source de l'autorité du « gouvernement» de Vichy réside exclusivement dans la personne d'un individu de 85 ans dont il est notoire depuis plusieurs années qu'il est affaibli par l'âge.» (Collection privée/Musée des lettres et manuscrits Paris)

Ici, tout d'un coup, c'est par liasses que les brouillons d'ordres du Général resurgissent. Des messages - immédiatement tamponnés «Secrets» pour la plupart -, élaborés à Londres, lors de voyages au Moyen-Orient, en Afrique noire ou encore d'Alger. Mis au propre par dactylographie, souvent codés, puis aussitôt télégraphiés, ils partaient aux quatre coins du monde en direction des cadres dirigeants de la France Libre chargés de piloter les combats militaires et politiques.

On connaît largement cette histoire avec un grand «H» toutefois jusqu'alors personne, pas même un spécialiste, n'était allé jusqu'à consulter ces documents qui en constituent l'ébauche. L'épopée gaullienne s'y découvre pourtant dans une surprenante fraîcheur, bien loin des Mémoires. Sur ces modestes feuilles de papier jaunis l'écriture est certes prompte et le vigoureux. Mais comment ignorer les abondantes ratures et les multiples ajouts aux marges. Ils témoignent d'une pensée encore hésitante. Touchante car humaine.

Avant la vente Gérard Lhéritier s'est bien volontiers engagé auprès du vendeur à publier intégralement ce fonds et à le maintenir indivise. Le vendeur? Il s'appelle Jean-Claude Chalumeau. Il est le fils unique de Marie-Thérèse Guinet-Desseignet, décédée en 1996. Dès juillet 1940 c'est elle qui était responsable du petit pool de secrétaires à l'État-Major du Général. «Après la télégraphie, les originaux rejoignaient des chemises, lesquelles étaient archivées une fois pleines, explique Jean-Claude Chalumeau. L'une d'elle a été oubliée dans les bureaux londoniens à la victoire. Lorsque ma mère a pu rentrer d'Alger où elle était restée cantonnée depuis 1942, elle est repassée dans les locaux pour y chercher ses affaires. C'est là, qu'elle a découvert cette chemise oubliée dans un placard. Par deux fois elle a voulu la remettre au Général. La première immédiatement et ensuite en 1958 lorsque de Gaulle est revenu à l'Élysée. À chaque fois il lui a fait la même et laconique réponse: «gardez-les, ils sont entre de bonnes mains». Après sa mort j'ai ouvert la pochette. Je connaissais vaguement son existence. Ce n'est que progressivement, en les étudiant que j'ai vraiment mesuré leur importance et les différences avec les documents officiels.»

 

 

 

 

 

Message n°305b : Date 6.11.42. service CAB. Rédacteur GP - Staline Message de Vœux.

«J'y joins les vœux personnels que je forme pour le grand Chef de la Russie en guerre.» (Collection privée/Musée des lettres et manuscrits Paris)

Si tous les messages sont des inédits sous leur forme manuscrite, pour ce qui est de leur contenu trente ont en effet été publiés par de Gaulle en annexe de ses Mémoires de guerre et 142 dans ses Lettres Notes et Carnets. «En reste 140 totalement inédits ce qui est une manne pour n'importe quel historien travaillant la période», note le nouveau propriétaire.

Quelles impressions une lecture intégrale laisse-t-elle? «L'ensemble rappelle que le destin de la France libre s'est joué non seulement à Londres mais aussi en Tunisie, au Maroc, en Algérie, au Sénégal, et surtout au Liban, en Syrie et en Libye. Il atteste que nous devons notre liberté aux Résistants, aux Alliés mais aussi aux civils britanniques qui ont résisté sous le Blitz, et aux «indigènes. Eux composaient 70 % des Forces Françaises Libres portant l'uniforme. Eux versèrent leur sang dans les terres du Moyen orient, d'Afrique et d'Outre-mer.»

 

 

 

Message n°298 : 6 Juin 1942 Adressé au Général Leclerc Réprimande

«Le troisième paragraphe n'est digne ni de moi ni de vous.» (Collection privée/Musée des lettres et manuscrits Paris)

Autrement, quel portrait ces brouillons dessinent-ils du Général? « Une incroyable force de caractère, un entêtement de chef de guerre et d'homme d'État. Aussi bien devant des ennemis que devant des Alliés dont il a toujours combattu l'hégémonisme permanent, poursuit le collectionneur. À travers ses ordres, ses coups de cœur et ses coups de gueule, de Gaulle apparaît à la fois ferme, intransigeant, autoritaire, déterminé, entêté, attendri, humain, coléreux, soucieux de l'indépendance de la France et de la préservation des intérêts de la Nation. Sa posture permet de mieux comprendre son attitude à l'égard des Alliés après la guerre et la dimension toujours stratégique aujourd'hui des pays du Moyen-Orient, de l'Afrique et de l'Afrique du Nord.»

 

Par Eric Bietry-Rivierre