LETTRE D UN PRISONNIER POLITIQUE

Voici une des dernieres lettres du jeune communiste Régie Amiot, de Mont-prés- chambord,Qui restera 45 mois prés de 4 années en prison, puis a Mauthausen, avant d'etre exécuté. Il adresse cette lettre a sa cousine Josette Amiot, des J.C. de Mont, dont le frere Bernard a été fisillé le 5 mai 1942.

 

 

Amiot Régis                                                                                                                                                                    Blois le 3 octobre 1943

    cellule 46

 

                                                                   Ma chére Josette,

 

Aujourd'hui dimanche, je viens un petit moment bavarder avec toi. Tu dois savoir que je suis depuis une vingtaine de jours de retour a Blois, mais toujours en prison. Oui, je suis a la nouvelle prison et la nous sommes que des politiques, depuis que l'on demandait à etre séparés des droits communs, nous y voilà arrivés. La vie est un peu plus tranquille qu"a Poissy et nous ne sommes plus considérés comme des chiens.

Je vais te raconter un peu mon voyage de Poissy a Blois. Jeudi 16 ( jour de mon anniversaire qui n'est pas trop mauvais puisque je me rapproche de mes parents) nous sommes partis de Poissy , 90 camarades dans des voitures cellulaires. Nous étions deux pour une cellule individuelle, les mains et les pieds enchaînés depuis le matin 8heures 30, jusqu'au soir ou nous sommes arrivés a Blois à 7heures, alors tu te rends compte 10 heures 30 dans cette position. Et nous ne craignions de nous sauver, car il y avait quelque chose comme police pour nous escorter avec des mitrailleuses et des fusils.Certainement qu'il y en avait plus de deux cents à notre départ, soit en autocar ou en moto.Mais tout ça ne nous a pas empêché de chanter et de hurler d'un bout à l'autre du voyage et personne n'a osé nous faire taire, pourtant je t'assure que l'on ne se privait pas, et avant de quitter la Centrale on a fait du bruit. Je ne suis pas faché d’être sorti de Poissy, j'en garderai toujours un triste souvenir de cette prison, enfin tout ça c'est du passé, n'en parlons plus.

J’espère que ma lettre te trouvera en bonne santé ainsi que ta maman et ta grand-mére. J'aurai peut être bientôt de vos nouvelles par papa, si je le vois au parloir. Voila déja trois fois qu'il vient et ne peut pas me voir, ce sera peut-être pour la semaine prochaine. Tu dois être en vendange à présent; c'est l'époque. a la maison, ils sont en train et ils me disent que le vin sera bon. Je pense que j'irai y gouter à celui-çi, c'est la trois vendange que je le dis, j’espère que ce sera la dernière. En ce moment, les nouvelles sont bonnes vers L'Est, mais ailleurs, il n'y a pas beaucoup de travail de fait. Ils ne se pressent pas beaucoup et il est vrai que pour eux ça va bien assez vite, mais ça ne durera pas longtemps comme ça, avec les événements, ils seront obligés de marcher, mais rien d'autre ne les fera agir.

Ma chére Josette, je vais te quitter pour cette fois encore. Voici mon adresse : Amiot R., détenu politique, cellule 46, Maison de Correction  Blois

En attendant de tes nouvelles, qui j'espére seront bonnes, je t'embrasse bien affectueusement, ainsi que ta maman et ta grand-mére.

                                                                                                                      Bons Baisers

                                                                                                                               Régis