" NUIT ET BROUILLARD " ABRÉVIÉ PAR NN

7 décembre 1941-7 décembre 2011. Il y a 70 ans c’était la Deuxième Guerre mondiale. Notre pays était occupé, et l’Europe était à feu et à sang. Le 7 décembre 1941, les Nazis promulguent un ensemble de directives portant sur la sécurité de leurs troupes dans les territoires conquis et occupés. Ces directives ont été appelées décret "Nacht und Nebel". Le document, signé du Maréchal Wilhelm KEITEL, ordonne la déportation de tous les ennemis intérieurs au Reich (opposants politiques et résistants) en Allemagne. Mesure de terreur et de dissuasion, le décret NN faisait disparaître les personnes dans la plus totale discrétion, laissant ainsi la famille, les proches, et la population de manière générale, dans l’incertitude du sort des déportés.

 

Le sens de ce décret a été sensiblement brouillé par le film d’Alain RESNAIS dont le titre reprend l’appellation du décret en français ("Nuit et brouillard"). Ce film qui date de 1955 est, aujourd’hui, largement remis en cause par la recherche historique qui en conteste la valeur explicative. Sans chercher à spécifier le génocide qui frappe les communautés juives d’Europe (1), M. RESNAIS en sous-entend fortement l’existence par une référence implicite à des camps d’extermination ainsi qu’à des chambres à gaz. Or, les Juifs ont été essentiellement exterminés en Pologne non en Allemagne. Le décret "Nacht und Nebel" concerne, par ailleurs, des individus convaincus ou soupçonnés d’agir contre le nazisme, ce qui n’était pas spécifiquement le cas des Juifs à qui ce dernier reprochait fondamentalement d’être juif quelle que soit l’action ou la posture politique des individus considérés comme juifs. Les Juifs dont le sort est, de toute manière, déjà scellé en décembre 1941 (2).

 

Tout au long de l'année scolaire 2010/2011, la classe de 1ère S2 aura été la "classe commémoration" du Lycée Galilée, et c'est avec Alexandra et Célia qui vont nous raconter le décret "Nacht und Nebel" que s'achève ce rappel des grands faits de l'année 1941.

 

(1) Le terme "juif" n’apparaît qu’une seul fois dans le commentaire du film, la distinction entre les camps de concentration et les camps d’extermination n’est pas réalisée, et le propos cherche surtout à globaliser les victimes du nazisme (déportés et juifs).
(2) Si la conférence de Wannsee ne planifie le génocide dans sa phase industrielle qu’à partir du 20 janvier 1942, le meurtre de masse a déjà largement débuté avec le déclenchement de l’opération Barbarossa le 22 juin 1941. L’action des Einsatzgrüppen, particulièrement étudiée par le Père Patrick DESBOIS, a même été qualifiée de "Shoah par balles".

 

 

 

L’année 1941 marque un tournant décisif dans la 2nd guerre mondiale. En effet, Adolf Hitler est à son apogée et à contraint d’autres gouvernements à son autorité. Il lance l’opération Barbarossa en juin visant à renverser l’URSS. Cependant, la résistance à l’ouest grandit et prend de l’importance tout comme à l’est où elle est déjà très forte. Dans le but de le déstabiliser, ces résistances font peser des menaces sur Hitler et confère un climat d’insécurité pour ses hommes. Notamment, Pierre Georges, un homme qui tuera un soldat nazi dans une station de métro. Pour contrer cette résistance, Hitler renforce la répression et met donc en place le décret Keitel, à l’origine de la procédure Nacht Und Nebel, le 7 et le 12 décembre 1941.

 

Une première partie du décret NN parait le 7 décembre 1941 et une deuxième partie paraitra cinq jours plus tard, le 12 décembre. Dans ces décrets, Hitler explique que la résistance constitue une menace pour l’armée allemande et est un ennemi du Reich. A partir de la parution de ces décrets, tous les résistants ou personne suspectée d’être en contact avec un résistant est arrêté par la police allemande. Un autre aspect de ces décrets est la volonté d’Hitler que les résistants arrêtés n’entretiennent plus aucun contact avec leurs proches. Ceux-ci ne savaient d’ailleurs souvent pas le sort réservés aux détenus de la police allemande. Le décret stipule ainsi que les prisonniers disparaitront sans laisser de trace et qu’aucune information ne sera donnée sur leur lieu de détention.

 

Avec l’application du décret NN, tous les résistants se trouvant dans l’un des pays occupés par l’Allemagne ont été poursuivis. Leurs fautes, selon les nazis, comprenaient l’espionnage, le sabotage ou des atteintes à un membre nazi. Cependant, tous ne subissaient pas la même sanction. Certains sont condamnés à mort, quelques uns étaient destinés à l’emprisonnement. Mais la condamnation n’était pas appliquée dans tous les cas : des détenus étaient envoyés dans des camps de travail. Cependant tous les détenus NN subissaient une forte répression ainsi que de nombreuses tortures aussi bien physiques que psychologiques. On distingue ainsi deux groupe de déportés:

 

- Les « NN Wehrmacht », des détenus envoyés en Allemagne pour y être jugés. Leur sentence pouvant être la peine de mort, des travaux forcés ou des peines de prison.

- Les « NN gestapo » sont les détenus arrêtés par la police allemande, directement envoyés dans des camps de concentration.

 

Les premiers déportés NN français sont ainsi arrivés dans les camps dès juin 1943 jusqu’en 1944. Les déportés NN de toutes nationalités, avec un NN rouge sur leurs uniformes, étaient majoritairement envoyés dans le camp de Natzweiler, un camp situé en Alsace, ouvert sur ordre d’Himmler en mars 1941. Ce camp était considéré comme l’un des pires camps nazis car la répression y était forte. En arrivant dans ces camps, les détenus NN étaient condamnés à mourir lentement à force d’épuisement au travail et de maltraitances. Pour la majorité, ils n’avaient aucun moyen de contact avec le monde extérieur, ni même leurs proches.

 

Nacht Und Nebel (« Nuit et brouillard ») a été et est encore aujourd’hui abrévié par NN. En latin, puis en allemand, NN signifiait quelqu’un qu’on ne veut pas nommer ou que l’on ignore. Par cette abréviation, on perçoit bien la volonté des nazis de faire disparaitre et de nier les sanctions faites aux détenus résistants. Il y a aussi l’interprétation de certains nazis : « nuit » représente l’oubli et le brouillard la fumée dans laquelle les détenus disparaitraient.  Avec ce décret, s'installe partout en Europe occupée une véritable politique de terreur qui, loin de faire décliner les mouvements de résistance, vont les radicaliser en les entrainant vers des actions violentes. Ainsi, face à l’échec de ce décret, la procédure Nacht Und Nebel se terminera progressivement jusqu’au 30 juillet 1944 où il sera aboli. En tout, ce sont des milliers de détenus NN qui ont été envoyés dans des camps. Les chiffres de nombre de morts ne sont cependant pas connus.

 

Alexandra et Célia

×