Le 6 juin 1942, le gouvernement de Vichy émet le décret numéro 1301 qui « réglemente, en ce qui concerne les juifs, les professions d'artiste dramatique, cinématographique ou lyrique ». Le titre est trompeur, car la réglementation consiste tout simplement à exclure les Juifs de ces professions. Ils peuvent officiellement continuer d'exercer leur profession si leur production est jugée utile par Vichy. L'hypocrisie du texte est intéressante : elle soumet l'œuvre artistique des Juifs à la censure de Vichy, dont l'axiome idéologique sur lequel repose le renouveau national est par ailleurs l'exclusion des Juifs de tous les domaines de la société et de tous les secteurs professionnels. 


Décret numéro 1301 du 6 juin 1942 réglementant, 

Nous, maréchal de France, chef de l'Etat français, 

Sur le rapport du chef du Gouvernement et du ministre secrétaire d'Etat à l'éducation nationale, 

Vu la loi n°2332 du 2 juin 1941 portant statut des Juifs et notamment son article 4 ; 

Vu la loi n°1450 du 29 mars 1941 créant un commissariat général aux questions juives, modifiée par la loi n°2169 du 19 mai 1941, par la loi n°3591 du 1er septembre 1941 et par la loi n°545 du 6 mai 1942 ; 

Le Conseil d'Etat (commission représentant les sections de législation, de l'intérieur, des finances et de l'agriculture) entendu, 

Décrétons : 

Art. 1er 

Les Juifs ne peuvent tenir un emploi artistique dans des représentations théâtrales, dans des films cinématographiques ou dans des spectacles quelconques, ou donner des concerts vocaux ou instrumentaux ou y participer que s'ils satisfont à l'une des dispositions prévues à l'article 3 de la loi du 2 juin 1941 ou s'ils y ont été autorisés en raison de leurs mérites artistiques ou professionnels par un arrêté motivé du secrétaire d'Etat intéressé pris sur proposition du commissaire général aux questions juives et, en outre, dans le cas où le ministre secrétaire d'Etat à l'éducation nationale n'est pas compétent pour donner lui-même l'autorisation d'exercer la profession, sur l'avis dudit secrétaire d'Etat. 

Art. 2 

Les Juifs atteints par l'interdiction résultant de l'article précédent devront, dans le délai de deux mois à partir de la publication du présent décret, cesser d'exercer la profession qui leur est interdite. Une prolongation de délai peut être accordée par le secrétaire d'Etat intéressé, sur la proposition du commissaire général aux questions juives, en vue de permettre d'achever une série de représentations commencée avant la publication du présent décret, une œuvre cinématographique entreprise avant la même publication. 

Art. 3 

Le présent décret n'est pas applicable en Algérie ni aux territoires relevant du secrétariat d'Etat aux affaires étrangères ou du secrétariat d'Etat aux colonies. 

Art. 4 

Le Chef du Gouvernement et le ministre secrétaire d'Etat à l'éducation nationale sont chargés, chacun en ce qui les concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal Officiel de l'Etat français. 


Fait à Vichy, le 6 juin 1942. 
Par le Maréchal de France, chef de l'Etat français : Ph.Pétain 
Le chef du Gouvernement, Pierre Laval, 
Le ministre secrétaire d'Etat à l'éducation nationale, Abel Bonnard

×