SOUVENIRS DU DÉBARQUEMENT

Le 6 juin 1944

"La bataille suprême est engagée" Le 6 juin 1944 en fin de journée, le général de Gaulle s'adresse au pays par la radio depuis Londres. "La Bataille suprême est engagée !Après tant de combats, de fureurs, de douleurs, voici venu le choc décisif, le choc tant espéré. Bien entendu, c'est la bataille de France et c'est la bataille de la France !", lance-t-il.

- Tout au long de la journée du 6 juin 1944, les auditeurs français entendent une série de communiqués radiophoniques, venant notamment de la "BBC". Depuis juin 1940, les Français ont pris l'habitude d'écouter les émissions françaises de la BBC, dont la qualité des informations est réputée.

La BBC diffuse depuis l'aube ses conseils à l'intention des Français. "Tâchez de vous rendre en un endroit situé à 2 kilomètres au moins des faubourgs de votre ville (...) Partez à pied, ne prenez rien d'encombrant avec vous, dispersez-vous", prodigue la radio britannique

Simone : réfugiée dans les mines Simone Cordier avait 10 ans le 6 juin 1944. Elle était en pensionnat avec 104 autres enfants chez les sœurs de Saint-Vincent-de Paul à Caen. Elle a subi les bombardements et est partie se réfugier dans les mines, à 45 mètres sous terre, pendant 35 jours.

Charles : terrifié comme les autres Charles Wilson, 95 ans, brise un peu le mythe. Originaire du Kentucky, il a été enrôlé alors qu'il était à l'université. Il débarque sur Utah Beach le 6 juin 1944, parmi les premières vagues d'assaut dans son blindé amphibie de la 4ème division d'Infanterie. Il affirme qu'il était en réalité terrifié comme beaucoup d'autres

Jean-François : à 8 ans, il assiste au pilonnage de sa maison Jean-François a 8 ans lors du bombardement américain du 12 juin 1944. Évreux est un nœud ferroviaire important, et il faut ralentir les renforts allemands vers la Normandie. Cette nuit-là, les parents de Jean-François ont eu un pressentiment. Ils vont dormir dans la famille. De là, ils assistent au pilonnage de la ville

Jacques : le "frenchie" de la Big Red One Jacques Olivreau, 90 ans, est le "frenchie" de la Big Red One (la 1ère division US). Il l'avait rejointe étant en Angleterre depuis 1942 au sein de la future deuxième DB de Leclerc, car il parlait français, anglais et allemand. Il a débarqué à Omaha la Sanglante, près de Colleville-sur-Mer, et a eu la vie sauve. Il n'a pas fait partie des deux premières vagues qui ont été pratiquement anéanties.

Juliette et Georges : un mariage décalé Juliette avait 16 ans le Jour J. Georges, lui, en avait 23. Tous deux habitaient à Sainte-Mère Eglise. Ce 6 juin 1944, ils devaient se marier. La cérémonie se tiendra finalement le 23 juin suivant dans une grange, avec l’aide des soldats américains.

×