COMPTER L ARGENT DES MORTS

 Gröning a aidé garde prisonnier bagages sur la rampe d'Auschwitz contre le vol.

Gröning veut savoir ce que cela signifie.

Quelqu'un dit: «Les Juifs sont arrivés, et ils sont maintenant admis au camp Si ils sont chanceux, ce qui est.."

"Qu'est-ce que ça veut dire?" demande Gröning. "

Cela signifie que certains d'entre eux seront exterminés», dit un autre homme.

Gröning est emmené dans un bureau le lendemain matin où il informe l'officier supérieur qu'il leur a été formé dans le secteur bancaire. Il est affecté à "l'administration de l'argent des détenus." Un aide l'instruit sur ses nouvelles fonctions et l'informe que les Juifs sont tenus de remettre leur argent quand ils arrivent dans le camp. Il est placé dans une boîte en bois, et le travail de Gröning sera de faire le tri et, de temps à autre, le remettre au bureau administratif principal de Berlin.

Il apprend également que la plupart des Juifs sont envoyés aux chambres à gaz. Le lendemain, Oskar Gröning commence à compter l'argent.

Il croit à Adolf Hitler et Joseph Goebbels. Il estime qu'il est du devoir des Allemands de détruire le judaïsme mondial. Il croit que l'Allemagne a perdu la Première Guerre mondiale à cause des Juifs. Et il veut que l'Allemagne de gagner cette guerre.

Il mange bien, travaille avec diligence et dort bien. Les hommes de la SS dorment dans des lits confortables recouverts de couettes, carreaux souples. Ils appartenaient autrefois aux Juifs.

Après deux mois dans le camp, Gröning est donnée une tâche supplémentaire. De plus en plus de trains arrivent maintenant à la rampe, et quelqu'un doit monter la garde pour vous assurer qu'aucun des bagages sont volés. Il est le premier jour de sa nouvelle affectation qu'il témoins de la tête du bébé étant percuté le camion.

Il se trouve au lit la nuit, incapable de dormir. Vous avez vous-même mis dans une situation vile, il pense. Il trace une ligne entre excès individuels et assassiner en masse commis par la société dans son ensemble. Il croit que les excès sont barbares, mais l'assassiner en masse légitime.

Il va à son commandant et dit: «Si cela est toujours la façon dont les choses sont faites ici, je voudrais être transféré." L'officier répond: «Qu'est-ce que vous avez vu l'autre jour était certainement hors de l'ordinaire Mais vous avez signé une lettre d'engagement Tout homme sert d'où il est affecté..."

Tri de l'argent des morts

Gröning retourne à l'ordre de la terreur. Il est promu de chef de troupe de chef adjoint de l'entreprise. Il garde la rampe quand il est affecté là-bas, et il compte l'argent lorsque les boîtes en bois arrivent. Il l'appelle «l'argent sans propriétaires." Il trie zlotys polonais, drachme grecque, francs français, florins néerlandais, lire italienne - le pillage d'une communauté mondiale.

Dans la soirée, quand il a terminé ses fonctions, Gröning prend son dîner à la caserne, joue aux cartes et jeux avec ses camarades et avec son commandant. Parfois, ses camarades sont ivres au moment où ils sont prêts pour le lit et ils utilisent leurs pistolets à tirer la lumière. Gröning se réunit avec son groupe d'exercice le week-end, et ils jouent à des jeux non loin de la rampe et la chambre à gaz. Ils ont beaucoup de plaisir ensemble.

 La société a utilisé des travailleurs forcés de fabriquer le poison utilisé pour gazer les juifs. Une nuit, il se réveille au son des sifflets. Juifs ont éclaté. Il traverse l'obscurité jusqu'à ce qu'il atteigne une ferme, où il voit des cadavres jonchant le sol. Il regarde la personne que nus sont parqués dans la ferme et voit un officier supérieur a fermé la porte, tirez un masque à gaz sur la tête, ouvrir une boîte et verser le contenu dans une trappe. Ensuite, il entend des cris. Les cris se transforment en un bruit de tonnerre, le tonnerre devient fredonner, et alors il est calme.

Il retourne à sa caserne avec un autre homme. L'autre homme dit: Je connais un raccourci. Sur le chemin, l'autre homme raconte Gröning ce qui arrive quand les cadavres sont brûlés sur des grilles. Ils organismes redresser et le pénis des hommes deviennent ériger, dit-il.

Le raccourci prend les deux hommes depuis un bûcher où les cadavres sont juste d'être incinérés. Gröning se déplace plus près pour voir ce qui se passe quand les êtres humains brûlent.

Il soutient une autre demande de transfert, et puis un autre. En Septembre 1944, il est évacué vers une unité de terrain et les combats contre les Alliés lors de l'offensive des Ardennes.

Soirée a commencé à projeter des ombres dans le jardin de Oskar Gröning. Il a raconté l'histoire de sa vie à Auschwitz, sobrement, comme si la narration d'un documentaire. Il se lève pour aller chercher plus d'eau minérale. "Allez-y, me poser des questions."

Une chose horrible mais nécessaire

Qu'avez-vous pensé lorsque vous avez découvert que les Juifs étaient gazés à Auschwitz?

"Qu'il était un outil de faire la guerre. Une guerre avec des méthodes avancées."

Mais vous étiez pas dans la guerre. Vous étiez dans une usine où assassiner systématique a été commis.

"Si vous êtes convaincu que la destruction du judaïsme est nécessaire, alors il n'a plus d'importance comment le meurtre a lieu. Dès 1939, Hitler a dit dans le discours que si les Juifs étaient pour forcer une nouvelle guerre contre les Allemands, cela signifierait la fin du judaïsme en Europe ".

Mais il ya une différence entre les applaudir pour Hitler dans le cadre d'une foule anonyme et travaillant dans une machine à tuer.

"Oui, il ya une différence. Mais, malheureusement, il arrive juste à être le cas qu'ils me prennent, Oskar Gröning, à ce camp où les choses que tout le monde encourageait propos ont été se passe réellement. Et puis, à un moment donné vous êtes là et la seule chose à gauche est le sentiment: je fais partie de cette chose nécessaire Une chose horrible - mais nécessaire "..

Qu'avez-vous ressenti lorsque les Juifs ont été emmenés à la chambre à gaz?

"Rien, je dois dire. Parce que l'horrible était pas évident. Quand vous savez que le meurtre est en cours, vous savez aussi que les gens meurent. Les horreurs que né sur moi quand je entendu les cris.

" Serait-il exact de dire que vous êtes devenu habitués à Auschwitz?

  "Je me suis installé dans le temps ou peut-être mieux mis:. Je suis devenu une partie de l'émigration interne partie de la vie à Auschwitz était parfaitement normal Il y avait un magasin de légumes où vous pouvez également acheter les os à soupe Elle était comme une petite ville, je.... eu mon unité, et les chambres à gaz ne sont pas pertinentes dans cette unité. Il y avait d'un côté de la vie à Auschwitz, et il y avait une autre, et les deux étaient plus ou moins distincte. "

Il est 20h30 La porte d'entrée ouvre, et sa femme entre. Elle demande si elle doit faire des sandwichs au fromage. Elle suggère qu'elle pourrait fixer les sandwichs et aller le voisin pendant un certain temps.

Lorsque Gröning rentré d'un camp de prisonniers de guerre en Colombie en 1948, il lui dit: "Ma fille, faire les deux d'entre nous une faveur: Ne demandez pas." Elle ne demande toujours pas.

Gröning propose de poursuivre l'entretien dans un hôtel. Il veut aller de l'avant. Il veut régler des comptes.

Le lendemain matin, il dit qu'il dormait profondément. Il a pris un somnifère. Sa femme a déjà quitté la maison. Il ya une bouteille d'eau minérale sur la table basse. L'album photo a disparu, remplacé par des documents, des documents qui pourraient le disculper. Quelque chose comme les certificats d'Oskar Gröning de réalisation.

Un petit élement dans la stucture

Un document porte le numéro de référence VP-55b / 9,44 / ZO / IG. Il est une lettre de siège SS à Berlin confirmant son transfert. "Le précitée a volontaires pour servir à l'avant," affirme le document.

Le second document est une lettre de la cour de district Duisburg. La lettre indique que Gröning est assignée à témoigner comme témoin contre un membre de la SS accusé d'avoir détenus assassinés à Auschwitz.

Oskar Gröning a souligné six mots dans cette lettre à l'encre bleue.

"Appelé à témoigner en tant que témoin." Non pas comme un défendeur. Il est innocent, au moins sous la loi.

Lorsque Gröning renvoyé du camp de prisonniers de guerre, il vivait avec en-lois de son père. Un jour, ils étaient assis à la table, en train de dîner, quand la mère-frère du père a déclaré: "? Comment puis-je savoir que je ne suis pas assis ici avec un meurtrier Ou avec un meurtrier potentiel"

Il a claqué sa main sur la table et dit: ". Je suis assis ici parce que je ne suis pas coupable je ne suis pas l'auteur, et à cet égard je suis un être humain honorable

." Oskar Gröning le être humain, un petit élément dans la structure hiérarchique Auschwitz. Ce était comment il se sentait, et qui est comment il se sent aujourd'hui. Mais peu de gens d'accord avec lui.

La veille au soir, quand Gröning dormait déjà, un documentaire britannique à propos de la libération des camps de concentration a été diffusé à la télévision. Le film n'a pas de distinction entre ceux qui ont commis assassiner et ceux qui compta l'argent de l'assassiné. Il a montré des hommes en uniforme et des montagnes de cadavres SS. Monstres et leurs victimes.

"Je ne regarde pas ce genre de chose. Il ne me fait pas plus loin. Je sais ce que les cadavres ressemblent», dit Gröning. Sa voix est fraîche et absent. Une larme rassemble dans son œil gauche.

Les images racontent une histoire différente. Ils disent qu'il est coupable. Les cadeaux photos de Gröning sont plus doux, moins radicale, pas aussi claire. Ils disent qu'il est innocent.

Gröning doit continuer sa vie quand il revient du camp de prisonniers de guerre en 1948. Il souhaite pas être dérangé.

Depuis, il n'a jamais regardé quoi que ce soit, écouté ou lu quoi que ce soit tout ce qui pourrait le ramener au camp. Il ne sait pas à propos du procès d'Auschwitz qui a commencé en 1963, un procès qui a introduit la jeune démocratie allemande pour les détails de la machine d'extermination pour la première fois. "Je ne sais rien à ce sujet," dit-il.

 En 1968, quand les enfants, les adultes d'ici là, prenaient la génération de leurs pères à la cour, ses fils étaient 26 et 19. Ils sont allés à l'université et rarement venu à la maison. Ils savaient que leur père avait été à Auschwitz, mais ils ne parlaient jamais avec lui à ce sujet. Ils avaient pas de questions. "Il n'a pas d'importance pour nous», dit Gröning.

Ignorant le passé

En 1979, la série américaine «Holocauste» a été diffusé sur la télévision allemande. La représentation romancée du sort d'une famille juive était une leçon d'histoire pour les familles allemandes, et tout le monde en parlait. "La Liste de Schindler" a été un événement éphémère par rapport à "l'Holocauste."

«Je ne l'ai jamais entendu parler de lui», dit Gröning.

Il est seul avec qui Oskar Gröning a discuté de la vérité dans toutes ces années: Dieu. Il veut se libérer de quelque chose, mais il ne sait pas comment l'appeler. Culpabilité? Est-il un auteur? Un complice? Ou, quelque chose qu'il croit aussi est possible, ni l'autre? Il pose les mêmes questions que tout un pays. Mais il est lui-même pose ces questions, ici dans son salon, et il ne reçoit aucune réponse.

Quand la guerre se termine, Gröning commence, une vie de classe moyenne normale, en travaillant comme un comptable de salaire dans une petite usine. Personne ne sait ce qu'il sert à faire. Il se sent en sécurité aussi longtemps qu'il ne traite que de l'argent. Il a toujours été de cette façon. Il a un teckel et collectionne les timbres. Il appartient à un club de collectionneurs de timbres. En 1985, il participe à la réunion annuelle du club, où il discute de timbres et de la politique avec un autre collecteur. L'autre homme dit: "Il est incroyable qu'ils sont déjà poursuivre des gens qui nient l'Holocauste, même si ça n'a vraiment pas le cas.

" Il est un moment important dans la vie d'Oskar Gröning, une explosion, presque comme si quelqu'un avait collé une aiguille dans un ballon trop gonflé. Gröning dit: «Je sais un peu plus à ce sujet; nous devrions en discuter un peu de temps." Le compagnon de collecteur lui donne un livre, "La Auschwitz Lie," par le vieux nazi Thies Christophersen. Gröning retourne le livre, y compris quelques pages de ses propres mots, sa réponse à Christophersen.

«Je voyais tout," écrit-il. "Les chambres à gaz, les crémations, le processus de sélection. Un million et demi de Juifs ont été assassinés à Auschwitz. J'y étais.

" Il était une lettre à sa propre conscience.

Six mois plus tard, ses remarques ont été publiés dans une publication néo-nazie. Gröning ne peut plus se cacher. Maintenant, il est en cours d'exécution avant, et il voit enfin un moyen de se sauver. Il peut utiliser son passé comme monnaie. Il pourrait devenir un témoin vedette contre les personnes accusées de propager le mensonge d'Auschwitz. Il voit une tâche, une mission dans son avenir. Et peut-être même des circonstances atténuantes.

Il assoit et écrit. De huit heures du matin jusqu'à dix heures du soir, il écrit pour trois semaines. Il utilise une machine à écrire pour écrire 87 pages, sa vie comme il la voit. Dans son histoire, il cite les livres de Sebastian Haffner. Mais Haffner a tenté d'expliquer le phénomène Hitler, Auschwitz pas. Gröning a les pages reliées et les donne à ses fils. Il croit qu'il a enfin expliqué quelque chose. Qu'il est exonéré. Le père attend d'être acquitté.

Son fils aîné, un avocat maintenant, ne répond pas. Le plus jeune fils, un philologue, écrit des questions dans la marge. Les fils expriment des jugements silencieuses.

La recherche de réponses avec la BBC G

röning assoit et continue à écrire. Il tente de répondre aux questions de son fils cadet. Il a de nouveaux exemplaires reliés et les donne à des amis, annonçant son histoire au monde comme quelqu'un distribuant des tracts dans la rue. Oskar, ses amis disent, qui était un peu épreuve. Personne ne pose des questions. Personne ne veut des explications.

Peut-être explications sont impossibles?

"Les gens ont peur de lui. Voilà comment je vois les choses», dit Oskar Gröning.

Il se lève et va dans la chambre d'à côté. Dans la salle sont son lit, son bureau, son ordinateur, sa bibliothèque et des cartons. Dans la bibliothèque des livres sur le nazisme et la Bible. Dans les boîtes de carton sont des copies de ses notes et des cassettes vidéo.

Il ya une barrière invisible entre le salon et sa chambre à coucher. Les livres de cuisine de sa femme se tiennent sur l'étagère du salon. Il ramasse la boîte de cassettes vidéo. "Neuf heures," dit-il.

Oskar Gröning assis devant les caméras de la BBC pendant neuf heures pour le tournage d'un documentaire sur Auschwitz. La BBC a voulu un ancien membre de la SS, et l'ancien membre de la SS voulait pardon.

Il était une expérience. L'ancien membre de SS dirait quelque chose, et la BBC serait fournir un commentaire. Par exemple, Gröning dirais que Auschwitz était une bonne affaire pour les personnes SS, plus agréable que de se battre contre l'Armée rouge sur le front de l'Est. Le documentaire dépeint Gröning que la personne qu'il était, de la graisse dans la machine d'extermination de masse. La BBC a également offert aucune exonération.

Gröning veut avoir les vidéos réalisées en DVD afin qu'il puisse les regarder sur l'ordinateur dans sa chambre. Il ne veut pas monopoliser le salon. Il dit que sa femme ne veut pas voir les bandes.

Pourquoi pas?

«Peut-être parce qu'elle a peur.

" De quoi?

"Peut-être qu'elle a peur de la vérité."

Il revient à la vie et se trouve dans sa chaise, prêt pour les questions

Êtes-vous coupable?

Oskar Gröning regarde la bande vidéo sur la table en face de lui. Il réfléchit à la question depuis longtemps. Il est important pour lui de trouver les mots justes. Puis il dit: "La culpabilité a vraiment à voir avec les actions, et parce que je crois que je ne suis pas un auteur actif, je ne crois pas que je suis coupable.

" Si vous n'êtes pas l'auteur, ce que vous étiez? Un complice?

"Je ne sais pas, je évite la question;. Cela me met en difficulté Complice serait presque trop pour moi je décrirais mon rôle.. 'Petit rouage dans l'engrenage. Si vous pouvez décrire ce que la culpabilité, alors je suis coupable, mais pas volontairement. Juridiquement parlant, je suis innocent "

. Discuter de culpabilité

Et moralement?

"Du point de vue chrétien, du point de vue des Dix Commandements, le commandement qui dit: Tu ne tueras point, être un complice est déjà une violation Mais cela soulève une autre question:. Ce que les choses que je ne me font un complice de meurtre?

" Vous avez effectué une fonction dans un système qui existait uniquement dans le but de tuer.

"Permettez-moi de mettre les choses différemment: je me sens coupable envers le peuple juif, coupable d'être partie d'un groupe qui a commis ces crimes, même sans avoir été l'un des auteurs moi je demande pardon au peuple juif et je demande à Dieu.. pour le pardon.

" Lorsque la bande se termine, il dit: «Je ne l'ai pas encore atteint la réponse." Il a cherché pendant 60 ans.

Oskar Gröning a dit tout ce qu'il peut dire. Il n'y a plus de questions à se poser. Ce doit être assez. Maintenant, tout ce qu'il veut est d'être pardonné. Et si le pardon est impossible, au moins il veut être compris.

Il se promène dans le jardin. Il ya un tas de petits plats noirs sur la pelouse. Gröning déversé 300 kg de nourriture pour oiseaux sur sa pelouse l'hiver dernier et suspendu 150 boules de l'alimentation des oiseaux dans les arbres. Il aime les oiseaux. L'un a été récemment nichant dans sa boîte aux lettres. Un jour, il était mort. Quelqu'un avait abattu l'oiseau avec un pistolet à air.

«Je pourrais avoir pleuré», dit Oskar Gröning.

Par Matthias Geyer

Traduit de l'allemand par Christopher Sultan

×