LA DEFAITE MAUVAISE

Le prix fort

Chartres libéré le 15 aout; Chateaudun, Artenay, et le zone nord d'Orléans le 16; Patay le 18 Puisseaux le 20; Pithiviers, Malesherbes, Boiscommun, Beaume La Rolande et Lorcy le 21 Gien le 22; Montargis le 23:

A la fin du moi d’août bien peu nombreux doivent être les uniformes allemands circuler dans la zone nord du Loiret.Il serait pourtant faux d'en déduire que l'armée du Reich s'est retirée en bon ordre, simplement vaincue par le sort des armes. Si soldats et maquisards paient au prix fort ces opérations de libération, les civils courent aussi aussi de nombreux risques et les représailles des brutes nazis ne s’inscrivent pas au tableau d'honneur de certains régiments allemands.

Ainsi le 29 juillet, suite à un engagement avec des maquisards, la ville de Chatillon-coligny se trouve en état de siège. Extrêmement nerveux, les soldats tirent sur tout ceux qui leur paraissent suspects et abattent tout deux ma quisards.

Le 6 août, dans la région D'Oucques, en Loir et Cher, une patrouille capture cinq ouvriers agricoles n'ayant probablement aucun lien avec la Résistance. Ils abbatent l'un sur place et fusillent les quatre autres plus tard, dans un bois à proximité de Charbonniere à Saint Jean De Braye.

Le 10 août, à Puisseaux, une équipe de la gestapo parisienne arrête 14 notables, dont le maire, le curé et son vicaire. Dirigés vers les camps de la mort, deux seulement en reviennent.

Le 20 août  auprés de Pressigny Les Pins, après une embuscade tendues par les maquisards de Nogent Sur Vernisson, le régiment de sécurité 1010 intervient. Au cours de l'engagement; deux maquisards perdent la vie. Quelques heures lus tard trois jeunes gens pris pour des résistants sont fusillés

Le 21 août  sur la route d'Amilly à Joigny, les Allemands exécutent quatre prisonniers en représailles d'attaques  menées par les maquisards.

Une liste qui peut s'étendre. Si tout les soldats allemands ne se comportent pas en tueurs il n'en va pas moins qu'un certain nombre d'entre eux ne puisse rfréner ses instincts. Civils ou Maquisards, mieux vaut pas croiser leur route à ce moment là